Anais et Quentin

Anais et Quentin les nouveaux chercheurs parrainés par l'association.

Bourses d’aide

• Mathilde Roger

Mathilde Roger titulaire d’un Deug, d’une licence et d’un master de biologie cellulaire effectué à la faculté des sciences d’angers, commence maintenant un doctorat de biologie cellulaire. Celui ci durera 3 ans avec à la clé un diplôme de Docteur en biologie (bien sur!) attribué après rédaction et présentation orale de son projet de recherche. Sa thèse porte sur les nouvelles stratégies thérapeutiques contre les gliomes. Plus concrètement au ciblage des cellules infiltrantes grâce à des vecteurs capables d’amener sur ces nouveaux sites tumoraux des agents capables de détruire ces cellules à l’origine des récidives des gliomes…

• Emilie Debien, jeune chercheuse de l’Inserm de Nantes

En Avant La Vie soutient aujourd’hui Emilie en lui apportant une aide financière mensuelle.

Mes études et mon travail : « Je suis la même formation que François mais je n’ai commencé qu’à la dernière rentrée. Je travaille aussi dans l’équipe de François Valette autour des effets d’un régime alimentaire sur l’évolution des tumeurs du cerveau ».

Et après ? « Je vais poursuivre encore deux ans pour préparer le même diplôme que François. Après, c’est encore trop tôt pour que je me décide ».

Et «En Avant La Vie» ? « J’ai connu l’association par le biais de François Valette et le partenariat avec En Avant La Vie est, pour moi, très important : il me permet de me consacrer totalement à mes recherches. C’est important car on ne peut guère mener une autre activité à côté pour boucler les fins de mois et justement cette aide financière me permet de vivre ma passion sans trop me soucier des problèmes matériels . Quant à la vie de l’association, j’y participe depuis peu mais j’ai été surprise de son dynamisme, de son côté familial et convivial. J’ai passé ainsi un bon moment lors de la journée jus de pomme. Dans l’association, il y a des gens très différents mais on ne fait, je crois, aucune différence. J’espère seulement voir mon partenariat se prolonger jusqu’au bout de mes trois ans d’études ».

• François PEDELABORDE, étudiant de l’INSERM de NANTES

Dotation d’une bourse de 800€/mois

Agé de 22 ans et titulaire d’un BTS Biochimie, je suis actuellement étudiant à l’Ecole Pratique des Hautes Etudes de Paris où je prépare le diplôme de l’EPHE en Sciences de la vie et de la terre. Dans le cadre de cette formation, en apprentissage sur 3 ans, je réalise une étude dans un laboratoire de recherche. En parallèle, environ 4 semaines par an, je suis des cours afin d’approfondir certaines notions utiles à mon étude.

Mon laboratoire d’accueil est le Département de Recherche en Cancérologie, unité 601 de l’ INSERM de Nantes. J’ai donc intégré en octobre 2003, l’équipe du Dr François VALLETTE et à cette occasion connu votre association « En avant la vie » qui m’épaule dans mes recherches en me finançant.

Je réalise la mise au point de marqueurs moléculaires pour la différenciation de différents types de tumeurs de cellules gliales, qui sont des tumeurs du système nerveux central. L’aboutissement de cette recherche sera la mise en place d’un diagnostic précis et fiable des tumeurs du système nerveux central afin d’adapter à ce diagnostic la prise en charge médicale.

Mais cela serait difficile si l’association et ses adhérents ne portaient pas un soutien moral et financier à la recherche, et en particulier à l’équipe du Dr François VALLETTE. C’est pourquoi je vous remercie tous de l’aide que vous apportez à la recherche et j’espère que notre collaboration durera et permettra d’avancer sur le long chemin contre le cancer.

Mes études et mon travail : « Je vais terminer ma 3è et dernière année pour obtenir mon diplôme EPHE (Ecole Pratique Hautes Etudes) qui équivaut à une école d’ingénieur. En octobre, je présente mon mémoire. Depuis trois ans, je travaille à l’Inserm dans le service de François Valette sur la mise en évidence des marqueurs pour arriver à bien différencier les tumeurs cérébrales ».

Et après ? « Deux solutions s’offrent à moi : ou je prépare une thèse ou je continue à travailler au sein de l’équipe de chercheurs de François Valette ; aujourd’hui, c’est cette seconde solution qui prévaut ».

Et «En Avant La Vie» ? « Il y aura bientôt trois ans que l’association me soutient mais au-delà l’aide financière qui était pour moi très importante, j’ai surtout appris à connaître des gens attachants et à découvrir une région. L’association a su associer l’aide à la recherche et celle aux malades et surtout créer une certaine dynamique que j’apprécie beaucoup. Mais ce qui m’a sans doute le plus surpris, c’est la convivialité et le côté festif qu’En Avant La Vie donne à ses activités sans oublier cette chaleur humaine et ces gestes comme celui de penser aux malades et à leurs familles à l’occasion des fêtes de fin d’année. A chaque fois, j’ai passé de bons moments et même si notre partenariat va s’arrêter en octobre prochain, quand j’aurai présenté mon mémoire, je compte bien rester adhérent et venir participer aux manifestations de l’association ».

• Hubert AROKIUM chercheur de L’INSERM parrainé par notre association

Hubert a soutenu avec succès sa thèse de doctorat à Bordeaux le 14 novembre et a obtenu la mention la plus élevée possible. Nous avions aidé Hubert en lui attribuant une bourse d’études au titre de sa 2ème année de doctorat. Hubert a ainsi pleinement justifié la confiance que nous lui avons accordé et il va poursuivre ses travaux de recherche dans le domaine des tumeurs cérébrales.

Je viens de l’Ile Maurice. J’ai suivi tout mon cursus universitaire à l’Université Victor Segalen à Bordeaux. Intéressé par la recherche en biologie, j’ai décidé de poursuivre mes études par un doctorat. Durant mon doctorat, j’étudie un phénomène biologique appelé apoptose. L’apoptose est défini comme étant un programme de mort cellulaire c’est à dire qu’une cellule est capable d’induire sa propre mort après avoir reçu des signaux spécifiques. Cette mort programmée sert entre autres à éliminer des cellules qui peuvent devenir dangereuses pour notre organisme. Il est à noter que les cellules cancéreuses ont perdu la faculté d’induire leur propre mort et deviennent ainsi immortelles.

Mon travail dans le laboratoire du Dr. François Vallette consistera à chercher des partenaires de Bax (une protéine qui a un rôle crucial durant l’apoptose) qui interagiraient avec elle pour l’activer ou l’inactiver. Le but à long terme est de pouvoir activer l’apoptose dans les cellules cancéreuses pour pouvoir combattre le cancer.

Je tiens à remercier vivement l’association pour son soutien financier pour mener à bien ce projet.

De plus, cette collaboration avec l’association me permettra également de participer aux actions menées sur le terrain par des gens dont la préoccupation principale est de venir en aide aux autres. Et je trouve cela formidable !! Ce soutien rajoutera définitivement une dimension plus humaine à ma thèse !